Adèle DUBRULLE – P14

3 juin 2016  

Chargée de mission développement durable au sein de Paris Habitat-OPH – Paris
Promotion 14 (2001-2002)

Mon parcours avant la formation

Après un bac scientifique j’ai suivi un cursus d’école de commerce post-bac orienté sur le commerce extérieur. Le Diplôme de l’ESSCA (Ecole Supérieure des Sciences Commerciales d’Angers) et deux expériences d’alternance en Grande Bretagne et Allemagne.J’ai débuté les six premières années de ma carrière dans une grande entreprise de services informatiques à Londres (ICL-Fujitsu). Là, j’ai essentiellement développé des comptes pour les solutions de centre d’appels et d’e-business, en gestion de compte clés. L’expérience fut très enrichissante et le contact client toujours plus exigeant dans un domaine où le maitre mot reste adaptabilité et contact. En 2001 j’ai choisi de rentrer en France pour m’orienter sur des missions dont la finalité avait plus de sens que celui de réaliser d’importants chiffres d’affaires.

Mes motivations pour suivre la formation d’éco-conseiller

J’ai apprécié qu’Eco-conseil ait su proposer un cursus de formation en environnement et en développement durable qui enrichisse le vécu avec de nombreuses passerelles avec la réalité d’entreprise et des collectivités. Une personne qui travaillait dans l’environnement pour l’automobile m’avait conseillé de me lancer et d’apprendre sur le tas. Entre la reprise de trois ans d’études (en faisant fi du reste) et ce choix là, j’ai trouvé qu’Eco-conseil présentait une alternative intéressante.

Mon avis sur la formation d’éco-conseiller

la formation m’a permis d’avoir en main en quelques mois l’essentiel de ce qui constitue le tableau des thématiques et des acteurs du développement durable dans la France des entreprises et des collectivités. Elle fournit en complément un arsenal d’outils réglementaires et d’outils de savoir-être pour mener des projets et faire adhérer des décideurs et les acteurs. Le volet plus technique peut être renforcé par le Diplome Universitaire « pollution et nuisance » de l’université voisine.

Mon parcours professionnel à l’issue de la formation

L’entrée en matière du DD en France s’est logiquement réalisé auprès des entreprises, d’une part lors d’une mission de 6 mois sur une plateforme aéroportuaire (audit environnementale en vue d’un plan d’action ) d’autre part dans deux scieries landaises. Là aussi une double mission d’audit /plan d’action environnemental sur une démarche de type ISO14001 ont été une entrée en matière terrain très variée (déchets, valorisation, réglementation eau, freins organisationnels, investissements etc..)

En 2004 , suite à un atelier Agenda 21 francophone à Lille, un poste de chef de service à la Mairie de Lille s’est dégagé et sur lequel j’ai travaillé deux ans.
Avec une équipe de six personnes, ingénieurs et administratifs, nous avons :

  • organisé un programme annuel de déclinaison d’une thématique développement durable auprès des habitants, des entreprises et des associations (alimentation en 2004 et nature en ville en 2005)
  • réalisé l’interface avec les services de l’urbanisme et de l’habitat pour intégrer les exigences DD dans les programmes de construction et d’aménagement, en lien avec les bailleurs locaux
  • participé au projet Interreg européen sur la réduction à la source des déchets (un projet « zombie » en 2004..) et à un autre sur l’affichage des consommations énergétiques des bâtiments publics…

Mon poste actuel et mes principales missions

Paris Habitat-OPH m’a recruté en 2006 pour mettre en place et assurer le suivi de leur charte développement durable tout juste signée. Plus gros bailleur social public en France, Paris Habitat-OPH gère environ 120 000 logements à Paris et en région Parisienne.

Mes principales missions :

  • incubateur de projets expérimentaux,
  • mise en place des partenariats techniques sur les thématiques pointues du DD ou partenariats financiers,
  • création d’outils pour développement des actions de la charte dans les services,
  • choix d’indicateurs et suivi des actions,
  • communication interne et externe,
  • réflexion sur les thématiques DD émergentes.

Ce que j’apprécie dans mon métier

  • une autre vision de la mission de service public,
  • les échanges perpétuels et variés avec une multitudes d’acteurs,
  • des défis toujours différents où l’on apprend tous les jours.

Pour moi être éco-conseiller c’est…

être un acteur du changement

Mes conseils pour les futurs éco-conseillers

Se renouveler constamment pour rester force de proposition.Multiplier les contacts et les réseaux. La modestie et la ténacité dans l’action vers le changement sont déterminants.