Guillaume ARMIDE – P18

6 juin 2016  

Auteur, compositeur et interprête (toutes régions françaises)
Promotion 18 (2005-2006)

Mon parcours avant la formation

J’ai fait des études d’audiovisuel, de sciences physiques, puis une formation de comédien. J’ai monté ma compagnie théâtrale en tant que metteur en scène, tout en travaillant dans la PAO (publication assistée par ordinateur).

Mes motivations à suivre la formation d’éco-conseiller

J’ai connu une « crise de sens ». J’ai alors fermement cru que le développement durable était ma voie ! Le programme de la formation me semblait parfaitement adapté à ce que je voulais devenir.

Mon avis sur la formation d’éco-conseiller

Ce fut une des plus dures épreuves que je me sois infligées ! Je n’étais absolument pas dans mon élément, ce fut un dépaysement d’une grande violence pour moi ! Aussi j’ai mal vécu un certain nombre de choses comme la succession des intervenant-e-s et des activités qui me donnaient le tournis, les travaux à réaliser qui me semblaient hors de portée ! Je ne comprenais pas le langage qu’on parlait autour de moi… Et pourtant, je n’ai pas lâché parce que je savais que j’étais sur les bons rails. Et j’ai appris dans la douleur. (Je ne m’en suis rendu compte que bien plus tard !)

Je ne peux pas occulter le fait que les aspects humains m’ont énormément apporté. Ça a sans doute été mon aventure humaine la plus riche ! Il faut bien avouer que la promo 18 a bénéficié d’une alchimie particulière qui a laissé des traces chez beaucoup de monde ! Personnellement, j’en suis encore marqué de partout !

Quelle nourriture !

Mon parcours professionnel à l’issue de la formation

J’ai fait mon stage de fin de formation dans le secteur le l’Éducation pour un Développement Durable (EDD) au Conseil général de l’Essonne (CG91). J’y ai rencontré une équipe aussi dynamique que sympathique, le « métier a commencé à rentrer » et j’ai mis en place des choses intéressantes avec les acteur-trice-s de l’EDD et de l’Éducation nationale. Le CG91 ne souhaitait pas pérenniser ce poste, mais Michel Mombrun et Tima Gros étaient en train de mettre sur pied une association (SoliCités) qui ambitionnait d’aider à mettre en œuvre le DD dans ce même département. L’éducation y tenait une place importante. C’est là que, sous le nom de Guillaume Nénuphar, j’ai pu poursuivre, trois ans durant, les travaux commencés au CG91, avec les mêmes réseaux.

Puis, l’appel de la musique et du théâtre est revenu d’autant plus fort que j’avais désormais une « vraie » raison d’y retourner. J’ai donc quitté SoliCités avec un certain pincement au cœur mais je suis ravi aujourd’hui d’avoir monté mon spectacle « Chansons issues de l’agriculture biologique, Concérence pour sauver l’humanité… ou pas ! ».

Ma situation et mes activités actuelle

Je travaille maintenant à mon compte en tant qu’artiste, en passe de devenir intermittent du spectacle.

Mon quotidien : écrire, composer, chanter, parler, faire le Guignol… ou plus exactement : la Cigale !
Je mets en musique, en mots et en scène mon cheminement personnel jalonné par les découvertes des Pierre Rabhi, Patrick Viveret, Dominique Guillet etc. Puisque tout le monde n’a pas encore eu la grâce d’être touché par leur parole, je la donne à entendre d’une manière différente ! J’accélère le processus, je retransmets le message, je crée des brèches dans le mur d’enceinte qui empêche encore ces humanistes du XXIème siècle d’atteindre le plus grand nombre.

Ce que j’apprécie dans mon métier c’est…

… que je suis enfin moi-même !!! Finalement, c’était possible !

Pour moi être éco-conseiller c’est…

… être le « Sauveteur des arbres et des abeilles », comme je le dis ironiquement dans mon spectacle avant d’entonner le « Chant des Éco-Cons », hymne fédérateur des membres de notre Ordre international !

Mes conseils pour les futurs éco-conseillers

d’abord une citation d’Emerson :

J’habite ma propre maison,
N’ai jamais copié personne en rien
Et me suis en outre moqué de tout maître
Qui ne s’est pas moqué de lui-même.

ensuite un conseil : développez votre ironie et auto-ironie ! C’est ce qui fait éclater la vérité la plus abjecte en la rendant supportable, voire agréable aux oreilles de tous et toutes. Ça tue l’aigreur et l’inertie et allège les égos qui, de tout leur poids, empêchent les initiatives de décoller…

…et pour finir, une citation de Michel JONASZ :  » Tout reste à faire, tout est possible et chaque seconde est un cadeau !  »


En savoir plus sur mes activités

L’ensemble des chansons de Guillaume enregistrées en septembre 2012 sont en ligne, libres à l’écoute  et au téléchargement !

http://gijom.overblog.com/

 

Crédit Photo Claire HINCELINCrédit photo Ivo MIESENCrédit photo Olivier ELIOVIR