Hélène COUTY – P16

19 mai 2016  

Ingénieur de l’Industrie et des Mines et Inspecteur des Installations Classées à la DREAL Poitou-Charentes (Région Poitou-Charentes)
Promotion 16 (2003-2004)

Mon parcours avant la formation

Après un bac scientifique, j’ai intégré la Faculté des Sciences de Limoges jusqu’à l’obtention d’une maîtrise de biologie des populations. J’ai par la suite obtenu un DEA de toxicologie de l’environnement à Metz.

Mes motivations à suivre la formation d’éco-conseiller

Après le DEA, je cherchais une formation qui m’ouvrirait les portes du monde professionnel. Je souhaitais acquérir des compétences générales en environnement.

Mon avis sur la formation d’éco-conseiller

La formation d’éco-conseiller m’a apporté des compétences que je n’avais pas acquises au cours de ma formation universitaire.
Je pense en priorité aux méthodes de communication et aux techniques de résolution de problèmes que j’essaye encore d’appliquer dans le cadre professionnel. Heureusement que l’intervenante en communication était là lors de la préparation de mon oral pour le concours de la DRIRE !
Je pense également aux nombreux travaux en groupes (un peu trop parfois). Mais avec le recul, je travaille tous les jours en équipe, la coordination entre tous et l’expérience acquise lors de la formation sont essentielles.
Il y a également tous les cours de droit. Cette matière que je découvrais m’a passionnée.
Enfin, il y a toutes les méthodes de travail et notamment celle pour réaliser les notes de synthèse. Cette méthode, je l’ai appliquée quelques jours après lors du concours. Sans cette technique, je n’aurais certainement pas été reçue au concours.
Par ailleurs, la formation permet de côtoyer des personnes venant de tous les horizons professionnels et pas seulement sortis d’un cursus scolaire/faculté. On peut partager et apprendre avec ceux qui sont déjà dans le monde du travail.
La formation d’ECO-Conseil c’est un investissement d’un an, rentable à vie.

Mon parcours professionnel à l’issue de la formation et mon poste actuel

Dans le cadre de la formation, j’ai effectué ma mission professionnelle à la Communauté Urbaine de Strasbourg. Mon stage s’est ensuite transformé en un CDD d’un an.
Pendant la formation d’éco-conseiller, j’ai passé le concours d’Ingénieur de l’Industrie et des Mines de la DRIRE. J’ai été reçue et j’ai pris mon poste en novembre 2005, soit un an après la fin de la formation d’ECO-Conseil et en n’ayant connu aucune période d’inactivité.
Je travaille dans la fonction publique d’Etat, à la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement). Je suis Ingénieur de l’Industrie et des Mines et Inspecteur des Installations Classées. Mon premier poste a été en Guyane, pendant 4 ans. Je suis actuellement, dans mon deuxième poste, à La Rochelle.

Mes principales missions dans ce poste

Mes missions principales sont des missions réglementaires, de police environnementale auprès des établissements industriels. Etant inspecteur des installations, mes missions sont :

  • l’instruction des dossiers de demande d’autorisation avec la proposition des prescriptions de fonctionnement (arrêtés préfectoraux),
  • la surveillance des installations classées et notamment des établissements SEVESO et des établissements à risques par la réalisation d’inspections.

Je travaille également à l’élaboration des Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) autour des établissements « SEVESO AS » et en collaboration avec les autres services de l’Etat, les collectivités locales et les associations. C’est une procédure qui nécessite des instructions de dossiers, du recensement des enjeux sur le terrain, de nombreuses réunions de travail et des réunions publiques.

Ce que j’apprécie dans mon métier

Dans mon travail, on allie le travail de bureau et les études de dossiers aux visites sur le terrain. On découvre les procédés industriels. Cela peut aller des stockages de produits pétroliers à une usine chimique, en passant par des distilleries d’alcool ou les installations du Centre spatial guyanais.

Pour moi être éco-conseillère c’est…

… avoir connaissance de toutes les facettes de l’environnement et du développement durable afin de pouvoir les appliquer dans la vie professionnelle, mais aussi dans le quotidien. C’est un état d’esprit.

Mes conseils pour les futurs éco-conseillers

Difficile de donner un conseil aux futurs éco-conseillers. Si je pouvais en donner un, ce serait « n’hésiter pas à vous inscrire à la formation, elle est très enrichissante et permet d’acquérir de nombreuses compétences applicables au quotidien ».


Pour en savoir plus sur mes activités