Miren KERBRAT – P24

6 juin 2016  

Directrice d’Environnement et Solidarité, association labélisée CPIE Haute Durance, à Briançon (Région PACA)
Promotion 24 (2011-2012)

Mon parcours avant la formation

Après des études d’arts appliqués et un début comme dessinatrice en joaillerie, j’ai touché à la vente, aux achats, puis dirigé une équipe d’assistantes commerciales avant d’être responsable des appels d’offres dans l’industrie de l’emballage carton. J’étais également, entre 2008 et ECO-Conseil, adjointe à l’environnement et à la communication d’une commune de 11.000 habitants.

Mes motivations à suivre la formation d’éco-conseiller

Je suis engagée au niveau associatif et dans un mode de vie respectueux de l’environnement. Je ressentais le besoin de mettre mes compétences professionnelles au service de projets environnementaux utiles et concrets, d’avoir un métier en cohérence avec mes idées, mais je n’avais pas de diplôme me permettant de décrocher un tel poste.

Mon avis sur la formation

La formation permet de préciser les connaissances et d’appréhender les domaines qu’on n’a jamais abordés. Elle est parfaite pour passer de la conviction à la compétence, et revenir dans le milieu professionnel en pleines capacités opérationnelles.

Mon parcours professionnel à l’issue de la formation

Ma formation est récente et j’ai eu la chance, au sortir de ma mission de fin d’études, de trouver tout de suite un poste de directrice à la Maison Rhodanienne de l’Environnement, où j’ai pu mettre en œuvre et conforter les acquis de la formation pendant 18 mois.

Mon poste actuel

Je suis directrice d’Environnement et Solidarité à Briançon, association labélisée CPIE Haute Durance. C’est une structure qui a pour objet de participer au développement local en répondant aux enjeux de développement durable du territoire. Elle porte un espace info énergie, des activités d’éducation et de formation au DD, et deux chantiers d’insertion tournés vers des travaux environnementaux en espace naturel d’une part, et la prévention des déchets d’autre part.

Mes principales missions dans ce poste

Je coordonne les activités quotidiennes, mais aussi contribue aux orientations de l’association et aux relations avec les très nombreux partenaires. Je conseille, j’assiste les administrateurs bénévoles et suis chargée de l’application de leurs décisions. Je dirige une équipe de 14 salariés permanents et nous avons une trentaine de salariés polyvalents en parcours d’insertion. Gros suivi financier aussi !

Ce que j’apprécie dans mon métier…

Ce poste, c’est un peu le Graal de l’éco-conseiller : tous les publics possibles, toutes les facettes du DD, le tout à la fois fortement impliqué dans la dynamique d’un territoire magnifique, mais en restant proche du terrain et du concret !
Cerise sur le gâteau : avec le droit d’innover, de tester, car l’association reste seule maîtresse de son projet.

Pour moi être éco-conseiller…

C’est justement ça : faire émerger chez chaque partie prenante, chez chaque acteur, chaque individu, le levier qui fait adhérer, participer, s’engager, s’ouvrir. Ce n’est possible qu’en ayant une approche toujours plus large, transversale, mais aussi opérationnelle..

Mes conseils aux futurs éco-conseillers

Pendant la formation, se donner à fond et absorber en retour le maximum l’énorme somme de compétences que détiennent les intervenants, l’équipe d’ECO-Conseil et les autres étudiants de la promo. Après, se bouger, appliquer, partager, continuer à apprendre, parce que notre planète a besoin de gens qui croient en eux et en elle, là, maintenant, tout de suite.

Quand je suis arrivée à Strasbourg, j’avais 48 ans et n’avais jamais mis les pieds à l’université. Je croyais savoir et savoir faire pas mal de choses dans pas mal de domaines. En fait j’avais le terreau, mais ni les graines ni l’arrosoir.


En savoir plus
 

 Ma vidéo-témoignage réalisée pour les 25 ans de la formation d’éco-conseiller